109 rue des soupirs Tome 2: Fantômes sur le Grill

A partir de 8 ans • Résumé du premier tome, sorti l’année dernière, ici : Fantômes à domicile.

Au 109 rue des soupirs, il y a Elliott et sa famille. Non, pas ses parents: eux, ils brillent par leur absence et passent leur temps à bosser au lieu d’élever leur fils. La famille de cœur d’Elliott, celle qui s’occupe vraiment de lui au quotidien, c’est Walter, le vieux chérif trapu, un peu brut de décoffrage; Eva, une genre de Castafiore très maternelle; Amédée, qui a plutôt un rôle de grande sœur gothique, assez marrante avec sa tête décapitée amovible; et Angus, le dépressif un peu trouillard. Tous fantômes de leur état.

Dans cette nouvelle aventure, les habitants du 109, rue des soupirs, reçoivent un courrier inattendu: la lettre annonce la visite de contrôle du C.R.I., la Commission des revenants inadaptés. Une sorte d’organisme qui se charge d’inspecter l’efficacité fantomatique des esprits qui habitent une maison. C’est simple, s’ils n’hantent pas correctement leurs humains, ils sont immédiatement réincarnés en animaux de compagnie. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le jeune Elliott n’est franchement pas terrorisé par ce groupe de fantômes: il les a même adoptés comme famille de substitution, en l’absence de ses parents. Mais pour eux comme pour lui, hors de question qu’ils soient délogés. Cette maison, c’est chez eux. A tous. Il va donc falloir se retrousser les manches pour réussir cet examen de contrôle. Malheureusement, les choses se compliquent quand Ulrika von Paprika convoque les journalistes devant la maison et se met en tête de révéler au monde l’existence des fantômes, à grand renfort de journalistes au pied de la maison. Cette célèbre chasseuse de fantômes leur avait déjà causé quelques soucis dans le tome 1, en se faisant passer pour la baby-sitter d’Elliott, afin de recueillir des preuves de leur existence. Le challenge n’est donc pas simple: parvenir à justifier leur statut de revenants terrifiants auprès de l’inspecteur du C.R.I. tout en restant cachés des journalistes et d’Ulrika.

Un super introduction à la BD

Cette série de BD pour jeune public est très réussie. Bourrée d’humour, de jeux de mots et de vannes pourries, au rythme soutenu et au parti pris graphique très moderne (bichromie noire et gris bleuté), elle est tout sauf cucul et ouvre les portes d’un univers BD un peu plus mature à de jeunes lecteurs.
On connaît déjà le travail du scénariste, Mr Tan, avec Mortelle Adèle ou Shaker Monster, ou encore avec Le monstre du placard existe ou Avec le monstre du placard, ça démange et Simon Portepoisse sortis sous son nom, Antoine Dole. On lui sait un goût certain pour les petits héros au caractère bien trempé et à la langue bien pendue et les monstres pas vraiment terrifiants. Les illustrations sont ultra expressives: le dessinateur use et abuse des super gros plans et de tous les jeux de cadrages possibles pour rendre le rythme encore plus fou. C’est donc avec plaisir qu’on rit au fil des planches des petites vannes glissées dans les dialogues servis par des personnages hauts en couleur et complètement déjantés. On saisit leurs caractères au premier coup d’œil tant le trait les rend parfaitement lisibles par un jeune public. Bien loin d’être terrifiante, cette petite BD pleine d’ectoplasmes est en fait un concentré d’humour et de tendresse, avec cette drôle de famille complètement inattendue. On adhère totalement.

Points forts

Graphisme 100%
Histoire 100%
Pédagogie 80%
Ludique 100%

Qui a testé?

Moi-même et Krakotte. Krakotte a découvert le Tome 1 cette année et a enchainé avec le 2 en une journée. Inutile de dire qu’elle a adoré. Moi, j’étais ravie de retrouve les vannes vaseuses des 4 fantômes et le trait de Mr Tan.

Les images

La fiche

Mr Tan

Yomgui Dumont

Casterman

10,90 euros