Simon Portepoisse: petits malheurs en famille

A partir de 8 ans • Dans la famille Portepoisse, on est des monstres de malheur, de générations en générations.
Dans la famille Portepoisse, il y a : les parents; la frangine Lily, une ado classique; Martin le frangin, qui est une vraie teigne et excelle dans l’art de semer le chaos; le chat (noir, évidemment), qui parle et qui s’appelle Mr Georges et qui est bien plus qu’un animal de compagnie… et surtout, il y a Simon, le plus jeune de la fratrie.
Dans la famille Portepoisse, il y a aussi une mission, une philosophie de vie même. Chaque jour, Mr Georges leur distribue à chacun des tickets-poisse, sorte d’ordre de mission qui leur décrit le type de malheur qu’ils ont à provoquer chez les humains. Et justement, aujourd’hui est un grand jour: Simon a enfin l’âge de recevoir son premier ticket-poisse à distribuer! Mais au lieu de s’enthousiasmer, Simon se désole de devoir apporter du malheur à qui que ce soit. Il n’est pas comme Lily et Martin et n’a aucun talent naturel ni élan de cruauté qui lui permettent de mener à bien ce type de mission. Mr Georges se propose de le chaperonner pour cette grande première et, même s’il tente de le convaincre que de chaque malheur peut naître un petit bonheur, Simon reste perplexe: son premier ticket a pour thème « Vacances annulées ». Difficile de croire que quelque chose de bien peut sortir de cette cata annoncée.
Mais en arrivant chez la famille d’humains à qui il doit livrer son ticket, rien ne se passe comme prévu: les membres de cette famille ne semblent de toutes façons pas avoir envie de passer leurs vacances ensemble. Serait-ce donc une mission biaisée d’avance? Simon ne sait plus s’il doit être ravi d’annuler cette mission ou s’il est désolé de voir cette famille si désunie.

Une BD très dense

Cette petite BD drôle et cruelle se révèle être une jolie histoire pleine de bons sentiments, contrairement à ce que le début peut laisser croire. La famille, l’empathie, les relations parents-enfants et la mise en perspective des petites galères du quotidien sont les thèmes et valeurs abordés. L’album se termine sur une note positive et pleine de doux sentiments.

On reconnaît au premier coup d’œil les illustrations de Bruno Salamone, qu’on avait déjà présenté sur Culturekids avec Le Monstre du placard existe. D’ailleurs le « Monstre du placard » fait son apparition furtive lors des multiples transformations physiques de Simon. Petit clin d’œil bien sympathique. Son trait au style griffonné et tordu, déroutant sur les première pages de paysages, colle finalement très bien à l’univers « monstrueux » de la BD. Les illustrations sont très très denses. Il y a peu d’espace de respiration visuelle, ce qui contribue au maintient du rythme élevé de narration. Dans les dialogues, on ressent parfois la même urgence, avec ce chat qui est décidément une vraie pipelette et a toujours un commentaire, plutôt drôle, à faire sur tout. On rit du côté cynique du chat et, comme à son habitude, Antoine Dole (Mortelle Adèle, Le Monstre du placard existe, 109 rue des soupirs) parvient à allier tendresse et impertinence avec justesse dans ses textes. Et tout ça dans un univers monstrueusement sympathique, qui sait s’adresser aux enfants. Ce duo auteur/illustrateur fonctionne à merveille.
Il semble que ce soit le début d’une série. A voir ce que les prochains tomes nous réservent.

Qui a testé?

La cousine M. à 10 ans. Fan de Mortelle Adèle, elle a été un peu déçue par ce premier tome, même si elle a tout de même passé un bon moment. Elle attend de voir ce que peut donner la suite.

Les images

La fiche

Auteur: Antoine Dole

Illustrateur: Bruno Salamone

Editeur: Actes Sud Junior

Prix: 13,90 euros

Points forts

Graphisme 95%
Histoire 90%
Pédagogie 70%
Ludique 100%