Max et Lapin: L’école? Ah non merci!

A partir de 2 ans • Vous connaissez Max et Lapin? C’est une série de petites histoires courtes, très mignonnes, qui traitent chacune d’un soucis, questionnement ou apprentissage de nos tout-petits: la colère, le pot, les bêtises etc… On avait déjà présenté Même pas peur gros loup poilu, qui traitait de la peur au moment de l’endormissement.
Le héros, Max, un petit garçon sensiblement du même âge que le petit lecteur, tente de régler lui-même ces problématiques simples liées au quotidien, accompagné de son fidèle doudou, Lapin. L’histoire s’adresse donc directement aux enfants, en incluant des solutions, des petites ruses pour leur permettre de comprendre et apprivoiser leurs émotions et petits tracas, comme des grands, en toute autonomie.

Ici, c’est l’entrée à l’école maternelle qui est abordée. Max ne semble pas très motivé par cette nouvelle étape. Sans doute parce qu’elle lui fait peur et l’inquiète. Alors sa maman a l’idée de lui décrire des amusantes activités et les joyeuses situations qu’il va rencontrer à l’école et qu’il adorera à coup sûr, tout en habillant son discours d’ironie : c’est horrible, on y mange des spaghettis, on y fait de la peinture (même avec les doigts), on y apprend des chansons, on fête les anniversaires à grand renfort de gâteaux et de bonbons etc… Quelle horreur et quel ennui, n’est-ce pas?

L’ironie du propos de la maman dans le texte est mise en valeur par les illustrations qui montrent bel et bien une ambiance agréable, amusante.

Max va se prendre au jeu puisqu’il décide, de lui-même (mwouiiii…) qu’il ne laissera pas la pauvre Ginger aller seule à l’école. Il l’accompagnera bien sûr, maintenant, qu’il sait qu’il va en fait s’amuser à l’école. Et son Lapin est dans son sac, bien entendu.
Elle est maline, sa maman. Comme toutes les mamans, n’est-ce pas?
L’idée est donc de traiter cette fameuse rentrée à l’école avec humour, de dédramatiser et démystifier ce grand univers inconnu des petits bouts de chou. Ca fonctionne parfaitement bien et le petit lecteur se glisse sans s’en rendre compte dans les baskets de Max. Avec un peu de chance, à la fin du livre, il voudra courir à l’école lui aussi.

Qui a testé?

Le cousin I. à 2 ans. Justement, lui qui ne voulait pas aller à l’école… Je ne sais pas si ça l’a convaincu, mais ça lui a beaucoup plu.

Les images

La fiche

Autrice: Astrid Desbordes

Illustratrice: Pauline Martin

Editeur: Nathan

Prix: 5,90 euros

Points forts

Graphisme 85%
Histoire 100%
Pédagogie 100%
Ludique 95%