Monstr’Hotel Tome 1: Les chasseurs de trésor

A partir de 10 ans • Olivia a 10 ans. Et à 10 ans, quitter la ville et les copains pour débarquer dans un village paumé sur les hauteurs du Mont Streuh, ca la saoule au plus haut point. Ses parents ont eu la riche idée de vouloir changer de vie et reprendre un vieil hôtel délabré et perdu et en plus… y vivre! Pouah! Mais à l’arrivée, Olivia doit bien avouer, malgré sa mauvaise humeur, que l’hôtel a de l’allure. Bien sûr, toutes les chambres et parties communes sont couvertes de poussière et abimées par des années d’abandon mais leurs appartements sont plutôt classes.
Les entrepreneurs démarrent bien vite les travaux. Malgré les interdictions de franchir la zone, Olivia ne peut résister à aller y fourrer son nez et part explorer ce mystérieux hôtel.
Elle va faire la plus surprenante et la plus adorable des rencontres, dans la chambre numéro 2. Yim, un petit monstre velu rose en forme de cacahuète, est aussi surpris qu’elle: normalement les humains ne peuvent pas les voir. Les? Olivia ne tarde pas découvrir tout un univers parallèle à l’hôtel, habité par toute sorte de monstres. Terrifiants au premier abord, ils sont en fait tous adorables. Mais leur monde est menacé et leur destin fortement lié à celui d’Olivia et de l’hôtel. Il semblerait que les ouvriers en charge de la rénovation n’aient pas exactement l’intention de lui offrir une nouvelle jeunesse… Olivia, Yim et toute la bande de petits monstres choupinous vont unir leurs forces pour tenter de stopper la tragédie annoncée.

Hôtel hanté et monstre doudou

Ca commence comme The Shinning (Stephen King). Une famille qui va se perdre dans un vieil hôtel flippant en pleine montage. Des présences furtives dans les chambres… Sauf qu’on est dans un roman jeunesse donc point de litres d’hémoglobine et de hurlements à glacer le sang. A la place, de mignons petits montroux à la fourrure rose et soyeuse, et des méchants qui sont bien évidemment des humains, et plus précisément des adultes.
Les adultes justement, n’ont vraiment pas le bon rôle dans ce roman qui s’adresse aux pré-ados: les parents d’Olivia sont certes bien gentils mais d’un naïveté à toute épreuve et vraiment pas très très présents dans la vie de leur fille de 10 ans. Pas plus que les parents de Yim et des autres petits montres. Même le monstre-sorcier Eroban se contentera de leur donner des infos (certes essentielles) mais ne les accompagnera pas dans leur périple, sous prétexte qu’il est trop gros pour se faufiler dans le chemin sous-terrain. Mwouais… On ne parle même pas des ouvriers super-vilains et totalement cupides.
Non décidément, dans cette histoire, ce sont bel et bien les enfants qui mènent l’aventure (ou devrais-je dire le combat?). Monstres ou humaine, ces petits font preuve d’un grand courage et d’une liberté d’action totale (avec un peu de mensonges pour Olivia), et c’est bien cela qui fait rêver les lecteurs du même âge que l’héroïne. Le mythe de l’enfant-héros qui sauve la situation sous le nez des adultes et parents complètement à l’ouest est une formule qui fonctionne toujours à merveille.

Mais il s’agit aussi d’une formidable histoire d’amitié au-delà des différences. Certes Olivia se lie d’amitié avec quelques camarades de classe de sa nouvelle école, mais c’est avec cette bande de monstres plus choupis les uns que les autres que la magie opère et c’est parmi eux qu’elle trouve un nouveau souffle après ce déménagement subi.
Les personnages sont colorés et mignons, certes, mais l’intrigue est riche et vraiment bien fichue. Une histoire de grand, avec du suspens et des rebondissements. Pas d’illustrations à chaque page, on est dans un vrai roman, de 200 pages.

C’est un premier Tome, avec une vraie fin. Mais clairement, Olivia et ses monstrueux amis ne sont pas au bout de leurs peines… On a hâte de retrouver Olivia, Yim, Coco, Popey, Arti et Kuma.

Qui a testé?

La cousine M. à 10 ans. Elle a adoré l’univers et ces petits monstres trop mignons et la vraie intrigue de grand qui l’a tenue en haleine jusqu’au bout.

Les images

La fiche

Autrice: Carioa Rozenfeld

Illustrateur: Xavier Collette

Editeur: Gulf Steam

Prix: 13,00 euros

Points forts

Graphisme 60%
Histoire 100%
Pédagogie 70%
Ludique 100%