Les enquêtes de Lottie Lipton: la malédiction du chat du Caire

A partir de 8 ans • Londres, 1928. Depuis le décès de ses parents, Lottie vit avec son grand-oncle, le professeur Bertram West. Il est responsable des antiquités égyptiennes au British Museum. Ils logent dans un petit appartement, à l’intérieur du musée. Lottie ne va pas à l’école mais apprend beaucoup en se promenant librement dans les différentes salles d’exposition, à longueur de journée.
La pièce maîtresse de la toute nouvelle exposition vient d’être livrée: le chat doré du Caire. Elle est superbe. La légende dit qu’elle est ensorcelée et se déplace seule la nuit, mais cela ne peut être que des balivernes, bien entendu. Son oncle l’installe pour l’inauguration. Le lendemain, le grand jour est arrivé et, devant la foule, le professeur présente la fameuse pièce vedette. Mais quand Lottie lève le drap pour révéler la statuette, la vitrine est vide… elle a disparu!
Le directeur du musée est fou de rage et menace de les mettre tous deux à la porte si le fameux chat du Caire n’est pas retrouvé dans l’heure. Le temps presse. Lottie trouve alors un morceau de papyrus juste derrière la vitrine. C’est sa première devinette à résoudre pour tenter de retrouver la statuette. Comme un jeu de piste, les indices les baladent de pièce en pièce. Au fur et à mesure de l’enquête, Lottie jurerait que les pièces exposées s’animent…
A partir du deuxième indice, le petit lecteur est invité à aider Lottie à résoudre les énigmes pour avancer dans l’histoire.

Un objet bien pensé et une chouette histoire

C’est vraiment le livre le plus mignon de la sélection « Enquête et détectives ». L’objet est adorable. La couverture de ce petit format, qui s’ouvre en 3 volets, renferme un petit carnet et un crayon. Il sont là pour que le petit lecteur puisse prendre des notes pendant qu’il prend part à l’enquête. En effet, il va falloir décoder des messages secrets, en plus des devinettes.
L’ambiance du musée et l’attitude très british des personnages donnent un vrai charme à l’histoire. Les illustrations un peu rétro y contribuent également.
Au fil de l’histoire, on visite un musée et on apprend, l’air de rien, plein de petites infos sur les oeuvres de différents pays. Par exemple, les dragons qui étaient installés sur les toits des palais impériaux japonais étaient placés là pour protéger des mauvais esprits.
Une petite aventure vraiment sympathique qui se lit très bien à partir de 8 ans. En revanche, les devinettes et les messages codés sont assez difficiles pour un enfant de cet âge. Ce n’est pas grave, on peut très bien avancer sans les résoudre soi-même.

Qui a testé?

La cousine S. à 10 ans. Elle a passé un bon moment à déchiffrer les messages codés et a adoré le format avec le petit carnet et son crayon.

Les images

La fiche

Auteur: Dan Metcalf

Illustrateur: Rachelle Panagarry

Editeur: Père Castor,
Flammarion Jeunesse

Prix: 8,50 euros

Points forts

Graphisme 100%
Histoire 90%
Pédagogie 90%
Ludique 100%