Paillette et Lilicorne: A la plage

A partir de 4 ans • C’est le retour de Paillette et Lilicorne! Le plus choupinou du moment. On avait déjà suivi leurs aventures dans La grosse Bêtise et La drôle de maladie, on les retrouve cette fois pour une nouvelle chamaillerie (qui se termine évidemment bien), à la plage cette fois.

Pour rappel, voilà qui sont ces deux chipies:
Paillette et Lilicorne sont certes inséparables, mais radicalement opposées. Paillette, la petite fille, n’aime pas trop l’école, n’est pas toujours bien polie et déteste le docteur mais elle aime rire, sauter dans les flaques, se déguiser en princesse et, surtout, elle adore sa licorne magique de compagnie, Lilicorne.
Lilicorne, elle, est plutôt sur le modèle de la petite parfaite : elle aime les légumes verts mais pas les bonbons, elle n’aime pas faire des bêtises, et elle adore Paillette.

Dans ce cinquième volume, Paillette et Lilicorne se lancent dans la construction de châteaux de sable. Programme de vacances on ne peut plus agréable et relaxant. Sauf que Paillette y voit encore une fois le moyen de rentrer en compétition avec Lilicorne, qui, avouons-le, fait de bien plus beaux châteaux que la petite fille. Jalouse, cette dernière détruit le magnifique château de la gentille licorne sur un coup de colère… et en profite pour accuser une pauvre mouette qui passait par là.
Mais prise de remords, Paillette va tenter d’arranger la situation. Avec l’aide de Lilicorne évidemment!

Le jalousie est un vilain défaut, tout ça tout ça…

Revoici ces deux petits personnages espiègles et plein de peps. Toujours sur le même principe : l’une fait des bêtises ou ne se comporte pas très bien et l’autre, exemplaire, essaie de sauver la situation tout en respectant les règles et surtout, sans abandonner sa turbulente amie.
Paillette est une petite fille à laquelle tous les enfants peuvent d’identifier : ses bêtises et ses réactions sont typiques des enfants de son âge. Qui n’a pas déjà essayé de simuler une maladie pour échapper à l’école ? Ou accuser à tort le petit frère de ses méfaits ? Lilicorne est un peu la bonne conscience de Paillette.
A la lecture de ses frasques, les enfants vont sûrement trouver que Paillette est marrante mais qu’elle exagère et que Lilicorne est certes un peu trop lisse mais vraiment gentille et maline. Le but n’est clairement pas de condamner celle qui fait les bêtises mais de permettre aux enfants de s’identifier un peu à chacune des héroïnes.

La série surfe sur tout ce qui est tendance chez les petites filles : les licornes, les paillettes, le combo gagnant ! Et ça marche ! Les couvertures au style paillettes holographiques tapent dans le mil’. Les illustrations, pleines de couleurs et très pêchues, aussi. La petite fille, avec ses grosses couettes rousses et la licorne aux crins roses (évidemment) parlent particulièrement bien aux petites filles. Pour autant, le discours n’est ni vraiment genré, ni cucul. Les bêtises sont universelles !

Une petite série ludique et très mignonne qu’on adore retrouver.

Qui a testé?

Krakotte à 6 ans et S. à 5 ans. Elles sont fans des bêtises de Paillette. Et surtout de Lilicorne qui est « trop mignonne ».

Les images

La fiche

Autrice: Capucine Lewalle

Illustratrice: Bérengère Delaporte

Editeur: Casterman Jeunesse

Prix: 6,95 euros

Points forts

Graphisme 95%
Histoire 90%
Pédagogie 95%
Ludique 100%