Paillette et Lilicorne: La grosse bêtise – Le drôle de maladie

A partir de 5 ans • Paillette et Lilicorne sont certes inséparables mais radicalement opposées. Paillette, la petite fille, n’aime pas trop l’école, n’est pas toujours bien polie et déteste le docteur mais elle aime rire, sauter dans les flaques, se déguiser en princesse et, surtout, elle aime par dessus tout sa licorne magique de compagnie, Lilicorne.
Lilicorne, elle, est plutôt sur le modèle de la petite parfaite: elle aime les légumes verts mais pas les bonbons, elle n’aime pas faire des bêtises, et elle adore Paillette.

Dans « La drôle de maladie », Paillette a une idée brillante: elle décide de faire croire à ses parents qu’elle a attrapé une drôle de maladie, comme sa copine de classe, histoire de louper la classe et se faire chouchouter toute la journée. Voyant que les faux boutons rouges dessinés sur son visage ne convainquent pas la maîtresse, elle demande à Lilicorne de la faire tomber vraiment malade. Évidemment, la sage licorne désapprouve et refuse d’utiliser sa magie pour jouer ce tour à ses parents. Qu’à cela ne tienne, Paillette tombera malade coûte que coûte, avec ou sans son aide. Lilicorne n’abandonnera pas son amie dans ce projet et va trouver un moyen de la contenter sans faire (trop) de bêtises.

Dans « La grosse bêtise », cette coquine de Paillette s’est mise en tête de dessiner sur les murs. Ce qui doit arriver arrive: Maman se fâche. Mais Paillette semble plus contrariée par le fait de se faire davantage gronder que son amie licorne, que par celui de se faire prendre en pleine bêtise (et retenir la leçon). C’est vrai, quoi! Lilicorne ne se fait jamais gronder, elle. Alors, la solution est simple: il suffit de refaire un dessin sur le mur et de le signer « Lilicorne ». La punition va changer de camp! Mais Maman n’est pas dupe et la punition tombe à nouveau sur Paillette.
Lilicorne tente alors l’impensable pour une gentille licorne parfaite, afin d’aider et soutenir son amie: elle va, elle aussi, faire une grosse bêtise et être punie. Mais la réaction de Maman ne va vraiment pas être celle que les deux amies attendaient…

Des bêtises et des paillettes

Après les deux premiers tomes: « La rentrée » et « L’anniversaire », revoici ces deux petits personnages espiègles et plein de peps. Toujours sur le même principe: l’une fait des bêtises ou ne se comporte pas très bien et l’autre essaie de sauver la situation tout en respectant les règles et surtout, sans abandonner son amie turbulente.
Paillette est une petite fille à laquelle tous les enfants peuvent d’identifier: ses bêtises et ses réactions sont typiques des enfants de son âge. Qui n’a pas déjà essayé de simuler une maladie pour échapper à l’école? Ou accuser à tort le petit frère de ses méfaits? Lilicorne est un peu la bonne conscience de Paillette.
A la lecture de ses frasques, les enfants vont sûrement trouver que Paillette est marrante mais qu’elle exagère et que Lilicorne est certes un peu trop lisse mais vraiment gentille et maline. Le but n’est clairement pas de condamner celle qui fait les bêtises mais de permettre aux enfants de s’identifier un peu à chacune des héroïnes.

La série surfe sur tout ce qui est tendance chez les petites filles: les licornes, les paillettes, le combo gagnant! Et ça marche! Les couvertures au style paillettes holographiques tapent dans le mil’. Les illustrations, pleines de couleurs et très pêchues, aussi. La petite fille, avec ses grosses couettes rousses et la licorne aux crins roses (évidemment) parlent particulièrement bien aux petites filles. Pour autant, le discours n’est ni vraiment genré, ni cucul. Les bêtises sont universelles!
Une nouvelle série ludique et très mignonne à suivre de près.

Qui a testé?

Krakotte à 6 ans. Des paillettes, une licorne, des bêtises? Évidemment qu’elle adore!

Les images

La fiche

Auteure: Capucine Lewalle

Illustratrice: Bérengère Delaporte

Editeur: Casterman

Prix: 6,95 euros par album

Points forts

Graphisme 95%
Histoire 100%
Pédagogie 80%
Ludique 100%