A la laverie du raton laveur

A partir de 3 ans • Le rôle de Monsieur Raton, le raton-laveur, comme son nom l’indique un peu quand même, c’est de laver, repriser, repasser les petites affaires des animaux du village. Chacun dépose son vêtement ou son accessoire dans sa jolie boutique à store rayé le temps d’une journée et le récupère le soir, nickel, propre comme un sou neuf.
Mais une fois dévêtus, les animaux ont parfois un drôle d’apparence: est-ce une sauterelle? Mais non, c’est un papillon qui avait ôté ses ailes pour les confier aux bons soins de Monsieur Raton. Un hamster? Mais non, c’est le lapin qui vient récupérer ses oreilles propres! Et ainsi de suite…
Ce petit format carré aux douces couleurs pastel est vraiment très ludique. Un peu sur un principe d’avant-après, l’enfant s’amuse à deviner qui sont véritablement chacun des clients de la laverie du raton-laveur. Et quel accessoire ils viennent chercher, par la même occasion. Il est vrai que sans sa belle queue, le paon ressemble à un faisan et que sans sa cape, l’écureuil volant n’est qu’un simple écureuil… et les grands félins ne sont que des gros chats sans leurs motifs.
Outre l’aspect ludique, l’album incite les enfants à bien observer les animaux, leurs motifs, les apparats, et à apprendre à distinguer ceux qui peuvent se ressembler.
Même la fin est adorable. Monsieur Raton retrouve ses trois enfants: un panda roux, un blaireau et une belette. Enfin… ça c’est avant que les petits ratons retirent leurs déguisements et maquillages!

Ce n’est pas le but premier, mais l’album permet également aux tout-petits de comprendre le fonctionnement du travail des parents: toute la journée, Monsieur Raton lave les vêtements des animaux qui le rémunèrent en champignons, carottes et autres grains de blé qui serviront au repas du soir, une fois le raton rentré au foyer.

Les textes sont courts et le ton est doux, tout comme les adorables illustrations aux couleurs tendres. On a l’impression de plonger dans un mini univers de douceur et de peluches. On irait bien laver des petites oreilles de lapin et des ventres de félins, nous aussi!
L’illustratrice, Junko Shibuya, est japonaise et on reconnait chez elle ce style très doux, épuré et très kawaii (mignon, en japonais) propre aux petits univers enfantins nippons. Ce n’est pas la première fois qu’on a le plaisir de la lire en tant qu’auteure jeunesse, puisqu’on l’avait déjà découverte dans Au Bureau des objets trouvés, exactement sur le même principe: il s’agissait de retrouver à qui appartenait cette écharpe-crinière et ce cache-oreille de nounours.

Qui a testé?

Krakotte à 6 ans et S. à 4.5 ans. Elles ont adoré jouer à deviner de quel animal il s’agit et ce qui lui manque et sont fans des illustrations.

Les images

La fiche

Illustratrice et auteure: Junko Shibuya

Editeur: Actes Sud Junior

Prix: 13,80 euro

Points forts

Graphisme 90%
Histoire 100%
Pédagogie 80%
Ludique 100%