Folk: épisode 1

A partir de 12 ans • Jud pensait bien avoir connu son jour de chance : endormi sur un chemin une nuit de cuite, il a été réveillé par un fantôme-hibou, sorte de génie qui lui propose un pacte : « Je peux t’offrir tout ce que tu désires : les femmes, la gloire, la fortune… mais tu devras réaliser un défi. » Et pas des moindres : aller enregistrer un album dans un studio à l’autre bout du continent. Mais il n’aura que 100 jours pour mener à bien cette mission. « Sinon, je te tuerai et ton âme m’appartiendra pour l’éternité », le prévient le fantôme. Dans sa grande bonté, il le métamorphose en dieu du blues, guitare et voix. Bref, tout cela semble assez facile.

Mais voilà, Jud est une sorte de loser, concierge dans un hôtel, alcoolique et paresseux. Et cette mission ressemble assez rapidement à une série de tests. Il doit d’abord trouver deux très bons musiciens pour l’épauler. Par chance (encore!), il croise la route d’un membre de la famille Schlager, éminente lignée de contrebassistes, qui lui indique l’adresse de son fils. Sur le chemin, Jud refuse de donner une pièce à un mendiant aveugle, et celui-ci avertit le contrebassiste qu’il va au devant de nombreux dangers en prenant la route avec Jud.

La prophétie s’avère juste : entre tricheries, fuite et vols, le voyage n’est pas de tout repos et, à la fin de ce premier tome, si Jud a réussi à former un trio, on ne sait pas trop « où les mènera ce chemin »…

Ce livre-BD plonge le lecteur dans un décor de western, avec saloons, désert, canyons et des relents de whisky. Les références à la musique y sont omniprésentes (forcément), ce dès la 2e de couverture, avec cette pub pour des guitares Ecophone (clin d’oeil à la marque Epiphone), ces pochettes d’album dessinées en pleine page ça et là, et dans l’histoire : Jud gratte ses premiers accords, et on comprend que cela va être le fil rouge des deux prochains tomes. Mais point de chansons, de sessions d’enregistrements pour l’instant.

L’ambiance western se retrouve aussi dans des légendes invraisemblables : la femme du contrebassiste, retrouvée hagarde en plein milieu du désert et qui reste depuis prostrée sur sa chaise (une histoire qui a quelque chose à voir avec notre héros, d’ailleurs) ou ce mendiant, ex-braqueur de banque devenu aveugle après avoir bu un étrange brevage fabriqué en prison…

Dans ce tome 1, on assiste plutôt à un road movie sous une chaleur accablante : beaucoup de jaune, de rouge, les couleurs sont chaudes sur les scènes de jour, rendant l’atmosphère un peu pesante. Les personnages sont des animaux, plus ou moins identifiables. Sous les traits de la dessinatrice et autrice Iris, de style particulier appelé « comics underground », on sent la tension, la frustration chez Jud, mais aussi son inconséquence: Jud est un loser, et on ne sait pas vraiment s’il va réussir à gommer ce défaut.

Reste que pour l’instant, il a réussi la première étape. Comme le dit le fantôme, « l’aventure peut vraiment commencer ». Mais on devine qu’il finira bien par être rattrapé un de ces jours par ses méfaits, dans ce qui ressemble à un rite initiatique…

Qui a testé?

Le cousin F. à 15 ans. Il attend l’épisode 2 avec impatience.

Les images

La fiche

Autrice illustratrice:
Iris

Editeur: La Pastèque

Prix: 16 euros

Points forts

Graphisme 75%
Histoire 85%
Pédagogie 50%
Ludique 90%