Silence!

A partir de 4 ans • Monsieur Martin est un homme d’habitudes. Dans son salon, qui donne sur la place du village, il aime s’installer dans son fauteuil en osier et boire son café dans le calme, lire son journal et faire une petite sieste en paix. Alors quand un cirque débarque dans le quartier avec le grand éléphant, les jongleurs, et la fanfare, les voisins ont beau essayer de contenir le bruit de toute cette joie et de cette bonne humeur, cela ne suffit pas. Monsieur Martin explose de colère et hurle « SILEEENCE!!! ».
Cette fois c’en est trop: Monsieur Martin n’en peut plus de tous ces gens qui ne respectent rien! A la recherche de la solution miracle anti-bruit, ce petit bonhomme grincheux décide alors de s’enfermer, lui et sa jolie maison, dans une immense bulle. Et ça fonctionne! Plus de bruit, plus de cris, de musique, de klaxons, plus de rires d’enfants… plus de rires du tout… plus discussions, ni d’échanges
. Rien. Que du silence. Est-ce qu’on ne va pas finir par oublier Monsieur Martin? Est-ce qu’on le voit encore? Est-ce qu’on peut l’entendre? Il se sent si seul tout à coup. Il est rattrapé par l’inquiétude et la tristesse. Jusqu’au jour où un petit garçon finit par comprendre que notre Monsieur Martin est emmuré dans son silence, prisonnier de sa bulle, et que son silence en dit long…

Une belle métaphore

C’est une très belle leçon sur le « vivre-ensemble » qui est proposée là aux jeunes enfants. La grosse bulle de Monsieur Martin, cette bulle de silence dans laquelle il s’enferme, représente tout ce qu’il met entre le monde et lui. Est-ce par peur? Par méfiance? Par manque d’ouverture? De respect? Peut-être un peu tout cela. Le personnage semble en effet bien intolérant à ce qui rythme la vie d’un village, y compris un événement joyeux et festif. Il est présenté comme un personnage solitaire et aigri et totalement insensible aux petits bonheurs des autres. Les villageois tentent pourtant de respecter les exigences excessives de silence, mais elles ne sont ni compatibles avec la vie en société ni réalistes. Bref, le personnage de Monsieur Martin ne respecte pas la liberté de chacun de faire la fête et de circuler comme bon lui semble.
La bulle représente donc ici toute l’intolérance et le manque d’ouverture du personnage vis à vis des autres. Cette métaphore vise à faire comprendre aux enfants qu’en refusant d’accepter que les autres vivent différemment, on finit par s’enfermer sur soi-même et s’isoler du monde. Ce qui mène inévitablement à la solitude et la tristesse. Les autres, avec leurs différences, font partie de la vie. Il est nécessaire de s’y ouvrir ou au minimum d’apprendre à les tolérer.
La jolie morale de l’histoire montre les villageois venir en aide à Monsieur Martin pour le sortir de sa bulle et de sa solitude. Cet élan de solidarité termine de démontrer l’importance du vivre-ensemble. Ironie du sort: c’est avec leurs voix combinées (donc avec du bruit) que les voisins parviennent à faire exploser la bulle-prison.

Le texte, tout comme l’histoire, est plein d’humour et d’ironie, tant sur le fond que sur la forme. Des expressions en lien avec la notion de silence rythment les phrases: « le silence est d’or », « son silence en dit long », « le bruit se répandit », « souffre en silence » etc…
Il en est de même pour les illustrations qui sont d’une extrême justesse et servent vraiment bien le propos. Par exemple, l’utilisation des parties colorées (pour Monsieur Martin et sa bulle) et noires et blanches (pour les reste des villageois) permet d’effacer visuellement le reste du monde et de traduire ainsi le sentiment d’isolement du personnage. D’ailleurs la couleur revient sur l’ensemble des doubles pages aussitôt la bulle explosée.
Les différents cadrages rendent également compte de ce sentiment de malaise et de solitude lorsqu’un gros plan saisit la détresse ou lorsqu’un autre, très éloigné, montre la bulle de silence colorée seule au milieu de la grande ville, dont on ne perçoit plus ni les sons ni les couleurs.
Cet album est une jolie surprise et permet de discuter avec les jeunes enfants de sujets pas toujours si simples à illustrer par le dialogue. Les thèmes du « vivre-ensemble », de la tolérance et du respect des autres sont abordés subtilement, avec humour et tendresse. Et en plus d’être intelligent, il est magnifique!

Qui a testé?

Krakotte à 6 ans. Elle a très bien compris le message et a trouvé l’histoire à fois triste et joyeuse.

Les images

La fiche

Autrice:
Céline Claire

Illustratrice:
Magali Le Huche

Editeur:
Editions Saltimbanque

Prix: 13,90 euros

Points forts

Graphisme 100%
Histoire 100%
Pédagogie 90%
Ludique 100%