Zombies zarbis Tome 3: Un pour tous, tous pour eux!

A partir de 9 ans • Précédemment… Zombies zarbis 2: Rien de va plus!  et Zombies Zarbis 1: panique au cimetière! 

Dès la couverture de ce tome 3 des « Zombies zarbis », on comprend que les choses se gâtent. On y voit deux humains en combinaison et masque à gaz avec, dans le reflet de leurs lunettes, nos petits héros furibonds.
On avait quitté Romain, le petit garçon du village de Noirsant, et ses nouveaux amis zombies du vieux cimetière, en bien mauvaise posture : après une résistance acharnée contre un promoteur immobilier et son projet de centre commercial à l’emplacement du vieux cimetière et de la vieille église, Léo et Marcel s’étaient aventurés loin du cimetière (et du sort à la portée limitée qui les maintient « en vie »), jusqu’à la maison de Romain, se mettant ainsi en danger.
Nous y voilà, et comme on pouvait le pressentir, pour sauver ses amis zombies et les ramener au cimetière, Romain demande de l’aide à sa mère qui, jusque-là, n’était au courant de rien et se demandait ce que son fils pouvait bien lui cacher. Forcément, elle fut surprise ! Vous pensez bien, une troupe de zombies vivant dans le cimetière abandonné…
La grande aventure continue donc, sur le même rythme (qu’on adore et qui devrait plaire aux petits lecteurs) que les tomes précédents, notamment le 2. Pêle-mêle : le promoteur, décédé après une chute sur une pierre tombale, ressuscite (forcément). Il n’est pas vraiment content (tiens donc), prévient le maire du village de la présence des zombies (fichtre), ce qui déclenche l’arrivée de scientifiques et de soldats dans leur fameuse combinaison NRBC, qui vont emprisonner et « analyser » ces curieux spécimens.

Tout cela déclenche une réaction de la part de certains habitants du village contre la démonstration de force des autorités et le sort réservé aux zombies. La maman de Romain d’abord, qui a tout de suite cru et fait confiance à son fils, et d’autres habitants, parmi lesquels monsieur Marlin, ancien gendarme en charentaises mais volontaire (« ils leur font du mal, on ne peut pas écouter ça sans rien faire, foi d’ivrogne ! »). Ou madame Perlette, qui avait caché des juifs dans sa double cave (la cave à maroilles) pendant la dernière guerre. C’est, comme dans les précédents tomes, un clin d’oeil historique malin (nous on aime l’Histoire) et il permet d’aborder les thèmes des différences, de la persécution et de l’humiliation, ici clairement énoncée concernant les zombies, et de la résistance.

Ainsi une partie du village se lève contre les militaires et… on n’en dira pas plus. Tous les ingrédients d’un bon roman d’aventures sont là !

On aura bien ri avec cette trilogie, notamment grâce aux zombies, leurs « pièces détachées » et les illustrations, qui permettent de mettre un visage sur ces personnages. En plus d’un bon divertissement qui se dévore d’une (ou de trois) traite, il est certains que les lecteurs apprendront quelques notions d’histoire et de solidarité.

Qui a testé?

La cousine S. à 10 ans. Encore une fois, ravie de retrouver toute la petite équipe, elle regrette que l’aventure se termine déjà.

Les images

La fiche

Auteures:
Marie Pavlenko et Carole Trébor

Illustrateur:
Marc Lizano

Editeur: Flammarion Jeunesse

Prix: 10 euros

Points forts

Graphisme 90%
Histoire 100%
Pédagogie 80%
Ludique 100%